Covid-19 : L’Elysée réunit, en visioconférence, les partenaires sociaux sur la crise abonné

Pendant deux heures, les numéros un des organisations syndicales et patronales ont échangé avec le chef de l’Etat et plusieurs membres du gouvernement. Au menu : les bouleversements provoqués dans le monde du travail et l’économie par l’épidémie de Covid-19.

Par Anne-Sophie Balle— Publié le 27/03/2020 à 17h16 et mis à jour le 14/01/2021 à 13h59

Ils ne se quittent plus, ou presque. Alors que depuis le début de la crise sanitaire, les partenaires sociaux sont en relation directe avec les ministres du Travail de l’Économie et de la Santé, une visioconférence était organisée le 27 mars avec le président de la République Emmanuel Macron en vue d’échanger sur les moyens de concilier poursuite de l’activité économique et protection des salariés pendant l’épidémie de coronavirus. Du côté de l’Élysée, la réunion a été l’occasion « d’échanger sur les difficultés rencontrées par les salariés et les entreprises depuis l’entrée en vigueur des mesures de confinement […], de faire le point sur les mesures de protection et de faire connaître à l’ensemble des acteurs les mesures et dispositifs d’aide mis en place par le gouvernement pour les entreprises et les salariés dans le contexte de la crise ».

Il faut dire qu’en l’espace de quelques jours, les textes règlementaires se sont succédé, soulevant du côté syndical de nombreuses interrogations voire parfois de franches inquiétudes. C’est notamment le cas de l’ordonnance ouvrant droit aux dérogations des entreprises sur la durée du travail. Pour Laurent Berger, « rien ne doit se faire sans concertation et sans dialogue social, le secrétaire général réaffirmant à cette occasion que certains secteurs ne pourront physiquement pas envisager de travailler 60 heures par semaine ».

Sans nier ces divergences de vue et des points de vigilance, la CFDT entend faire preuve de responsabilité et de solidarité. « Cette crise nous rappelle ce que doit être la priorité en toute circonstance : l’humain et la vie humaine », déclarait Laurent Berger. Or l’urgence, ce sont la situation sanitaire et celle des soignants. Le cri d’alarme poussé depuis des mois dans les hôpitaux et les Ehpad semble enfin avoir trouvé une oreille attentive avec la crise sanitaire.…

Pour continuer de lire cet article, vous devez être abonné.

s'abonner

Déjà abonné ? Connectez-vous