Clôture du 50e congrès : une CFDT fière et combative

iconeExtrait de l’hebdo n°3832

Le 50e congrès de Lyon s’est conclu, le vendredi 17 juin, par le vote de la résolution, adoptée à 90,91 %. Un congrès qui a donné à voir des interventions riches et variées, et témoigné d’une CFDT engagée aux côtés des travailleurs et déterminée à construire une société plus juste.

Par Pauline Bandelier— Publié le 17/06/2022 à 11h10 et mis à jour le 20/06/2022 à 14h02

image
© Cyril Entzmann/Divergence

« Durant ces quatre jours, nous nous sommes dit les choses. Nous avons partagé nos échecs comme nos victoires. Nous avons confronté nos points de vue sur notre action pour en dessiner les priorités futures. » Les mots par lesquels le secrétaire général de la CFDT a conclu ce 50e congrès célèbrent la richesse des débats démocratiques qui animent l’organisation.

Des échanges qui ont abouti à des choix « clairs et tranchés, dans le respect de chacun », rappelle Laurent Berger, à qui les délégués ont très largement renouvelé leur confiance avec 96,68 % des voix, alors que le rapport d’activité a, lui, été voté à 89,54 %.

Face aux enjeux climatiques, une CFDT qui évolue avec son temps

Alors que la canicule a frappé ces derniers jours la ville de Lyon, venant rappeler, si cela était nécessaire, l’urgence climatique, Laurent Berger a souligné les efforts accomplis par l’organisation pour mener un congrès « écologiquement responsable », avec un bilan carbone allégé de 23 % par rapport à il y a quatre ans : « En plus d’avoir privilégié les déplacements moins polluants, d’autres efforts ont permis ce résultat. Nous avons par exemple réduit de 60 % notre consommation de papier sur ce congrès », a-t-il détaillé, donnant à voir une CFDT qui évolue avec son temps et qui continue de tracer sa voie.

Conscient de la fatigue exprimée par un grand nombre de militants, Laurent Berger a réaffirmé sa « détermination sans faille » à faire évoluer les ordonnances et les règles du dialogue social, « pour plus de proximité avec les travailleurs, pour plus de moyens pour les élus, et pour finalement un dialogue social équilibré et efficace ».

Une CFDT cohérente et unie

« J’ai vu que certains voudraient nous diviser, faire croire qu’il y aurait de la défiance parce que nous avons débattu et tranché. Eh bien non. La CFDT sera déterminée et unie sur les retraites », a martelé Laurent Berger, assumant les débats internes sur des sujets parfois difficiles, mais aussi l’exigence de justice sociale, qui s’est également exprimée dans la prise de position claire de la CFDT en faveur de l’imposition des successions ou pour l’instauration d’une banque des temps.