Signez la pétition “Retraites : non à cette réforme injuste et brutale !” En savoir plus

Amandine Lebreton nommée directrice du Pacte du pouvoir de vivre

temps de lectureTemps de lecture 3 min

iconeExtrait de l’hebdo n°3856

Par Claire Nillus— Publié le 11/01/2023 à 13h00

Amandine Lebreton (ici, le 15 mars 2022, à Vaulx-en-Velin, entre Christophe Robert, délégué général de la Fondation Abbé Pierre, et Laurent Berger) est la nouvelle directrice du Pacte du pouvoir de vivre.
Amandine Lebreton (ici, le 15 mars 2022, à Vaulx-en-Velin, entre Christophe Robert, délégué général de la Fondation Abbé Pierre, et Laurent Berger) est la nouvelle directrice du Pacte du pouvoir de vivre.© Plume Studios - DR

Une nouvelle étape vient d’être franchie par les membres du Pacte du pouvoir de vivre. Cette alliance inédite de 64 organisations (associations environnementales, de lutte contre la pauvreté, syndicats, associations étudiantes, mutuelles) sera désormais coordonnée par l’association « Animation du Pacte du pouvoir de vivre », dont Amandine Lebreton, porte-parole du Pacte depuis deux ans, devient la directrice. La création de l’association a pour objectif de renforcer la représentation institutionnelle et politique du Pacte du pouvoir de vivre à l’échelle nationale, tout en continuant à mener des actions dans les territoires avec ses groupes locaux. « Cela ne change en rien le fonctionnement du Pacte, qui reste le même qu’aujourd’hui. Il ne s’agit pas de créer un énième collectif mais d’être en renfort de nos organisations lorsqu’elles en ont besoin sur des projets spécifiques », confie Amandine Lebreton.

La stratégie du Pacte pour 2023

Ainsi, en 2023, la stratégie du Pacte se poursuit en vue de construire une société plus juste en lien avec la transition écologique. Le Pacte affinera ses propositions (il existe actuellement un corpus de 90 mesures) en s’appuyant notamment sur les groupes de travail déjà en place sur de nombreux sujets grâce à l’expertise et le savoir-faire de ses membres : suivi d’une expérimentation relative au versement automatique des prestations sociales, développement de services aux publics, des zones à faibles émissions, besoin de nouveaux logements à articuler avec la lutte contre l’artificialisation des sols… « Nous voulons démontrer ce qui est possible en identifiant les voies de passage entre objectifs environnementaux et lutte contre les inégalités sociales », poursuit Amandine Lebreton. « Et nous allons continuer, comme nous l’avons fait depuis 2019, à alimenter notre plaidoyer et le relayer auprès des parlementaires, de la Première ministre et du président de la République. »